Des mets 100% terroir francilien !

Imprimer

Des mets 100% terroir francilien !

L’Île-de-France possède un patrimoine culinaire immense par la diversité de ses produits. Qui n’a jamais entendu parler des célèbres champignons de Paris, des bries de Meaux et de Melun ou encore du Paris-Brest…ils font partie intégrante du terroir francilien.

Mais il y en a d’autres. Plus méconnus cette fois, dont l’Île-de-France peut revendiquer la paternité. Les bouchées à la reine, mets dégustés à l’occasion des fêtes de fin d’année, la soupe à l’oignon présente lors des froides soirées d’hiver ou même les chouquettes, à partager entre amis ou entre collègues…ainsi historiquement issus de la région francilienne ! Petit inventaire.


Vous en reprendrez bien une bouchée monseigneur…


Au XVIIIe siècle, à Versailles, Louis XV s’est marié à Marie Leszczyńska, princesse de Pologne. Ils eurent 10 enfants ensemble, mais le roi eu ensuite de nombreuses maitresses. Lorsque la reine le découvrit, elle commanda aux cuisines un plat de bouchées à la reine afin de reconquérir son mari. À l’origine, le plat comportait donc du ris de veau, de la cervelle d’agneau, des crêtes et rognons de coq, des « amourettes » (des testicules animaux, souvent d’agneaux), des quenelles de volaille, des truffes et des olives vertes. Aujourd’hui, le plat se compose principalement de blancs de poulet, de feuilletés, de quenelles, de champignons, et de bouillon de volaille.


Encore Louis XV !

La légende prétend que la célèbre soupe à l’oignon fut créée par Louis XV, lorsqu’il rentrait d’une chasse tardive. Il n’avait à sa portée comme ingrédients que des oignons, du beurre et du champagne.  Ce mélange donna naissance à la soupe à l’oignon gratinée. Elle est aujourd’hui principalement composée d’oignons, de farine, de beurre, de bouillon de volaille, de fromage, de pain et de sel ainsi que de poivre. La tradition veut qu’elle soit dégustée avec du pain et du fromage râpé, servie dans la plupart des établissements de nuit pour remettre sur pied après une soirée agitée et bien arrosée. Une autre version veut qu’elle soit dégustée lors de la nuit de noces des mariés…un vrai concentré de vitamine C !

C’est chou !

L’ancêtre de la pâte à choux a fait son apparition au XVIe siècle, sous Catherine de Médicis lorsque le pâtissier Italien Popelini a inventé une pâte cuite sur le feu. Elle est ensuite appelée « pâte à chaud » et perfectionnée au fur et à mesure des années. C’est au XIXe siècle qu’Antonin Carême, celui que l’on appelait «le roi des chefs et le chef des rois », inventa la pâte à choux que nous connaissons aujourd’hui. La chouquette est aujourd’hui principalement composée d’eau, de beurre, de farine, de sucre en poudre, de sel, de levure, d’œufs et de sucre vanillé.