Un potager de sauvegarde, pour la réinsertion de légumes oubliés

Imprimer

Un potager de sauvegarde, pour la réinsertion de légumes oubliés

A Savigny-le-Temple, en Seine-et-Marne, trône le Domaine de la Grange-la-Prévoté. C’est dans ce haut lieu chargé d’histoire, que se visite, et revisite l’un des seuls potagers de sauvegarde de la région Ile-de-France.
Domaine de la Grange-la-Prévoté.

Les milles et une richesses du patrimoine régional
L’Ile-de-France est une région agricole très abondante, et fût l’une des régions pionnières de la biodiversité en fruits et légumes. Jusqu’au milieu du XXème siècle, les agriculteurs produisaient moult variétés, qu’ils revendaient aisément à leur fidèle clientèle. Dans les années 1960, avec l’industrialisation massive de l’agriculture, mais aussi l’arrivée de la grande distribution, les agriculteurs favorisèrent peu à peu quelques-unes de leur production, dont les plants étaient plus robustes, solides, et rentables.

Conséquence inévitable, de très nombreux fruits et légumes ont disparu peu à peu des cultures franciliennes. C’est de ces légumes oubliés  que Gilles Debarle, Directeur du Domaine de la Grange-la-Prévoté, a fait son cheval de bataille. Son objectif : préserver la biodiversité de ces milliers de céréales, fruits et légumes. C’est ainsi préserver un patrimoine régional riche en goûts, et riche en couleurs. C’est surtout un travail de recensement des données dans lequel il œuvre, aux côtés d’agriculteurs qui ont bien connu cette époque de diversification des cultures.

Carotte rouge longue lisse de Meaux,  Betterave rouge crapaudine, oignon jaune paille des Vertus font partie des nombreux légumes qui ont, grâce à ce travail exigeant, repris racines dans le potager du domaine. Aujourd’hui, Gilles renoue avec le Navet de Viarmes, qu’il qualifie de plus allongé et coloré. Des exemples parmi tant d’autres de légumes qui reprennent vie dans le potager de Seine-et-Marne, après avoir été analysé, décortiqué par des scientifiques, le tout couché sur papier dans un devoir de transmission du savoir-faire agricole d’une région foisonnante.

Des consommateurs en demande
Pour Gilles, il y a une vraie demande des consommateurs pour ce type de variétés oubliées : « Le marché est porteur car les consommateurs ont de plus en plus besoin de transparence. Ils recherchent des produits de qualité, et surtout des produits qui ont du goût. Avec tout un travail de sensibilisation au goût, ils aspirent à une consommation plus calibrée, aux qualités organoleptiques. »Explique-t-il.

L’autre constat que l’on dresse est que le marché est porteur, notamment grâce aux jardiniers amateurs ; les consommateurs sont friands du potager à domicile. Mais c’est également dans les restaurants traditionnels que la demande accroît ; les chefs sont sensibles à une renaissance des variétés oubliées, et certains maraîchers, jouant le jeu, permettent ce retour aux racines.  Une dynamique que ce passionné constate également par le nombre de visiteurs qui découvrent le potager chaque semaine.

Une dynamique qui progresse de façon exponentielle, avec la rénovation d’un pavillon du domaine, ce qui permettra un nouvel espace de production de plants de légumes de variétés anciennes. Une savoureuse façon de remettre au goût du jour les légumes d’antan, aux qualités organoleptiques reconnues.
 
Retrouvez l’actualité et les informations pratiques du Domaine de la Grange-la-Prévoté.

Crédits photos: Gilles Debarle