Les galettes des rois prennent place dans les vitrines pour une année riche en gourmandise

Imprimer

Les galettes des rois prennent place dans les vitrines pour une année riche en gourmandise

Les bûches des fêtes de fin d’année n’ont pas encore quitté nos esprits que l’idée de déguster une galette des rois nous trotte déjà dans la tête. Une tradition qui place chaque début de nouvelle année sous le signe de la gourmandise. Mais quelle est l’histoire de ce dessert emblématique du mois de janvier ?

De la galette à la galette des rois
La galette a traversé les siècles pour devenir ce dessert de pâte feuilletée fourrée d’une préparation à l’amande. En 1311, elle est citée pour la première fois dans la charte de Robert du Fouilloy. Le gâteau était alors uniquement composé de pâte feuilletée, sans fourrage. La frangipane a, quant à elle, été ramenée d’Italie au XIXe siècle avant d’être alliée au feuilletage pour donner des saveurs d’amande à la galette feuilletée.
Afin que cette pâtisserie puisse être appelée galette des rois, il est nécessaire d’y incorporer une fève qui elle aussi a évolué au fil des siècles. Autrefois un légume, elle est ensuite faite en porcelaine de Saxe en 1875 et en plastique en 1960. Durant toutes ces années, son usage est resté le même : désigner le roi ou la reine de la journée qui aura la chance de porter la couronne.

Un dessert pour l’épiphanie mais pas seulement
Selon la tradition, c’est lors de l’Epiphanie, le 6 janvier, qu’une galette des rois doit être dégustée. Pourtant les ventes commencent dès décembre, avant même Noël, et se terminent à la fin du mois de janvier.

Un savoir-faire francilien
Cette spécialité régionale francilienne s’est étendue à la France entière. Son croustillant, son onctuosité et son goût prononcé à l’amande ont su ravir les papilles des français.  La galette des rois est le dessert star de ce début d’année dans le Nord du pays mais elle doit composer, dans le Sud, avec la couronne des rois. Ce gâteau à la fleur d’oranger et aux fruits confits abrite lui aussi une fève. Les deux pâtisseries sont vendues dans toutes les régions de France afin de satisfaire les adeptes de croustillant ou de moelleux.

A chaque artisan boulanger sa ou ses spécialité(s)
Des galettes individuelles ou à partager, à la frangipane, au chocolat, à la pomme, il y en a pour tous les goûts ! Les artisans boulangers-pâtissiers ont la mission de préparer des centaines voire des milliers de galettes des rois. Après s’être adonnés à la fabrication des bûches de Noël, ils doivent maintenant se lancer dans la confection technique de ce dessert de janvier. Au fil des années, les boulangers proposent des saveurs ou des fèves inédites afin de se démarquer et plaire à leur clientèle. La fève peut prendre la forme de personnage célèbre, avoir une connotation locale mais elle peut également faire gagner un prix spécial dans certaines boulangeries. Côté saveurs, si la célèbre galette à la frangipane a toujours autant de succès, d’autres goûts plus originaux prennent place dans les vitrines. Après les galettes au chocolat ou à la pomme, voici celles fourrées au chocolat noisette, au café ou encore à la pistache. Les artisans regorgent d’idées !