Le drive fermier, késako ?

Imprimer

Le drive fermier, késako ?

Faire ses courses rime pour beaucoup avec corvée hebdomadaire, et perte de temps considérable dans les rayons toujours plus grands des supermarchés et hypermarchés. Pour pallier à cela, de nombreuses enseignes ont mis en place le drive, un phénomène en plein essor depuis 2011.

Ce concept permet en effet de commander ces courses sur internet, puis de venir récupérer ses articles à une date de livraison donnée, dans l’entrepôt du magasin, ou sur un lieu de vente spécialisé. Ce nouveau mode de distribution implique une réorganisation complète du lieu de vente : les entrepôts sont aménagés et proposent aux clients de venir chercher leurs emplettes en un temps record, nécessitant des sites de e-commerce révolutionnés.
Face à une réelle demande des consommateurs, le drive fait sa place également dans le monde agricole. Un nouveau moyen de profiter de produits issus de l’agriculture locavore, à des prix défiants toute compétitivité.

Focus sur la région de Gironde

C’est de la volonté de créer un nouveau lien entre les producteurs girondins et leurs clients que la Chambre d’Agriculture de Gironde, à travers son réseau Bienvenue à la Ferme, a souhaité se lancer dans le marché du drive. Un phénomène qui a nécessité une mise en place logistique, portée par les 31 exploitants agricoles engagés dans la démarche. Le concept est simple : les consommateurs sélectionnent sur le site internet dédié les produits qu’ils souhaitent acheter, et viennent les retirer en fin de semaine dans les 3 points de retrait créés en périphérie bordelaise.
Ce que l’on note dans cette aventure, c’est son mode de fonctionnement participatif de la part des agriculteurs : ce sont eux qui deviennent acteurs de la démarche, en s’appropriant totalement la commercialisation d’une part : mise en ligne et description des produits à vendre au gré des saisons, gestion des commandes et des prix de vente. D’autre part, ils sont également moteurs de l’aspect logistique, puisque ce sont eux qui livrent à tour de rôle directement les points de relai, et restent présents, à raison de 6 producteurs chaque vendredi, pour livrer aux clients leurs marchandises, en prenant bien soin de livrer également quelques conseils sur leurs produits. Car finalement, qui mieux que les producteurs connaissent les produits qu’ils cultivent, confectionnent depuis des années ?!

Une initiative lourde de gestion lors de la mise en place, mais surtout lourde de sens, puisqu’elle permet de créer un lien direct entre producteurs et consommateurs d’une même région. Pour Alain Monget, Responsable du Service Agritourisme de la Chambre d'Agriculture de la Gironde, la recette est gagnante, puisqu’un an après le lancement de ce drive fermier, 250 à 300 clients viennent chaque semaine chercher leurs courses dans les points de relai, au prix producteur, c’est-à-dire au même prix que s’ils s’étaient déplacés sur chacune des exploitations agricoles.

Une initiative qui porte ses fruits, puisque depuis d’autres drives fermiers ont vu le jour dans certaines régions. Un bel exemple de rapprochement entre producteurs et consommateurs, pour permettre à ces derniers de profiter de produits de qualité, en misant sur la saisonnalité et la proximité.

Et en Ile-de-France ?

En Ile-de-France aussi, de nombreux professionnels se penchent sur ces nouveaux modes de distribution., notons tout particulièrement le lancement très récent d’un drive laitier avec un site web marchand : http://www.grignon-drive.fr.
Cette initiative permet à chacun de commander en ligne les produits de la ferme, et de venir les retirer en fin de semaine au domaine.
Un premier drive laitier en France, permettant de profiter de produits fermiers et ultra-frais, sélectionnés au préalable sur internet dans les quantités souhaitées.
Ce type d’initiative entrainera probablement une vague de démarches semblables, permettant aux consommateurs de profiter de produits aussitôt créés, fraîchement consommés !

 

Crédits photos : Chambre d’Agriculture de Gironde