Grandes cultures : les derniers préparatifs avant la saison des moissons

Imprimer

Grandes cultures : les derniers préparatifs avant la saison des moissons

Si la saison des moissons arrive à grands pas, il reste encore un dernier mois avant la fatidique récolte. Juin, c’est donc la dernière ligne droite avant la période charnière des moissons. Pas le moment de se relâcher donc, puisque c'est bien dans les derniers mètres que se gagnent les plus belles courses...

Le travail d’un céréalier est un métier de passionné : au rythme des saisons, de la rotation et du type de cultures, celui-ci doit se préoccuper de la fertilité des sols, de la qualité et la densité du semis, des périodes de moisson, du retour au semis… Autant d’étapes et de soins particuliers pour une production qui dépendra également d’un facteur très capricieux : les conditions climatiques ! 
 

Quand le mois de juin présage de belles journées          
 
Ainsi arrive le beau mois de juin, qui se doit de tenir sa promesse de journées ensoleillées, idéales pour parfaire la pousse des céréales. Car si juillet et aout annoncent des périodes de dure labeur, moisson oblige, juin serait (en théorie), un mois plus charitable, permettant aux professionnels de reprendre leur souffle. Mais qu’on se le dise, sous ces aspects complaisants, juin ne laisse que peu de répit aux céréaliers ! Ne parle-t-on pas de «  grand nettoyage de printemps » ?!

Il en va de même au sein de l’exploitation, car cette période permet un grand rangement : nettoyage minutieux des silos qui seront prêts à accueillir les nouvelles récoltes d’ici peu. Et pourquoi pas la vérification et la réparation si besoin des machines indispensables à une bonne récolte : moissonneuses-batteuses, cueilleurs, barres de coupe et tout l’attirail peuvent être passés au crible avant de reprendre du service ! Et bien sûr, espérer chaque jour que les conditions climatiques soient favorables.
 

La météo, parlons-en ! 

Et puisque le temps est aléatoire, il faut se préparer à tous les scénarios possibles ! L’année dernière par exemple ne permit au colza d’être récolté  qu’à la fin juillet-début août, tandis qu’il est habituellement récolté à partir de la fin juin. Cette année, il faudra donc s’adapter en fonction de ce que Dame Nature veut bien nous donner. Ce qu’il y a de sûr, c’est que si le colza a égayé les champs de sa vive couleur jaune à la mi-avril, il est désormais vert-marron et se récoltera bien noir lors de sa récolte ! Il faut donc rester bien attentif à chacune des cultures pour entamer la période des récoltes en fonction des spécificités de chaque céréale.   

Suite à la récolte, les céréales pourront ensuite permettre la production de nombreux produits ; la farine de blé bien sûr, la bière grâce à l’orge, le maïs, le sucre des betteraves… Et d’autres spécialités comme le chanvre, qui se décline en huile par exemple, et en cosmétique. Et puisque la nature est bien faite, d’autres innovations pourraient voir le jour !