Etre consomm’acteur, c’est aussi prendre en compte ses déchets!

Imprimer

Etre consomm’acteur, c’est aussi prendre en compte ses déchets!

Dans notre société actuelle chacun consomme, c’est un fait. Mais chacun gaspille également ; en plus ou moins grande quantité certes. Et si l’on a bien conscience que gaspiller n’est pas très éthique, cela semble parfois inévitable.

Quand le gaspillage alimentaire devient l’affaire de chacun   
S’il devait y avoir une définition de la notion de gaspillage alimentaire, elle serait la suivante : Toute nourriture destinée à la consommation humaine, qui, à un endroit de la chaîne alimentaire, est perdue, jetée, dégradée, constitue le gaspillage alimentaire. Cette définition de l’Ademe* résume tout l’enjeu de la lutte contre le gaspillage alimentaire. L’ensemble des acteurs sont concernés par ces déchets : les producteurs, les distributeurs…et bien évidemment les consommateurs.
*Agence de l’Environnement et de la Maitrise de l’Energie.

Avant tout, voici LE chiffre difficile à digérer : en moyenne, chaque habitant français jette 32kgs de nourriture à la poubelle chaque année.            

Mais nous ne sommes pas là pour avoir un regard moralisateur sur les dérives de nos modes de consommation puisqu’on le sait, à moindre d’être extrêmement vigilant, on a tous jeté au moins une fois un aliment. Et ce pour de multiples raisons d’ailleurs : une conserve oubliée au fond du placard, un dessert en promotion dont le goût « innovant » ne nous plait finalement pas, l’achat impulsif du « 2 achetés, le 3ème gratuit » décidément trop conséquent pour être fini avant la date limite de consommation... (Pour se remémorer la différence entre DLC et DLUO, consultez cet article) + lien

« La laideur se vend mal », disait Raymond Loewy…    
Chaque année dans le monde, 300 millions de tonnes de denrées alimentaires sont jetées. Parmi ces déchets, 24% concernent les fruits et légumes : calibrage peu attrayant, forme biscornue, couleur différente ne détériorent pourtant ni le goût, ni les apports nutritifs;Triés en amont par le producteur, ou le distributeur avant d’être laissés pour compte sur les étals par le consommateur…
En somme, une vraie discrimination au faciès de ces fruits et légumes dont personne ne veut !
Pour lutter contre cela, certains distributeurs se sont engagés dans une démarche innovante : à Provins par exemple, un supermarché vient de mettre en place un rayon spécialisé dans les  fruits et légumes sensiblement déformés, à des prix défiants toute concurrence. Un moyen très efficace de vendre ces aliments que l’on pensait perdus à jamais. Et un moyen économique pour nous autres consommateurs de profiter de fruits et légumes de qualité à prix réduits !

Puisqu’il s’agit de fruits et légumes… 
Quelques précieux conseils pour éviter de gaspiller ce type de denrées :          
- Un fruit ou un légume peut être cuisiné de nombreuses façons. Prenons l’exemple de la pomme : en tarte, il est également possible de confectionner soi-même la compote de la tarte, mais aussi d’en faire une gelée, une glace ou un sorbet, un jus, un smoothie ou encore une confiture !               
- Le congélateur est un allié précieux dans la lutte contre le gaspillage alimentaire. Lorsque l’on prépare un plat en trop grande quantité, pourquoi ne pas penser à le congeler pour une consommation ultérieure. Cela permet d’éviter de manger la même chose sur plusieurs repas, et de profiter de plats déjà prêts plus tard.            
- Même les fanes de légumes peuvent être consommées ! Et oui, on y pense moins spontanément, mais rien de tel qu’une soupe maison pour y ajouter les fanes de légumes : un autre moyen de réduire sa quantité de déchets alimentaires, tout en profitant au maximum des apports nutritionnels de ces légumes.             

Et pourquoi ne pas…    
Penser au troc, ou au partage des aliments que l’on ne consommera pas ? Dans son entourage (famille, voisins, amis ou collègues), il y aura bien quelqu’un qui sera ravi de partager cette tarte de petits légumes préparée la veille, ou encore ce plat trop généreux mais si savoureux.
Il y a mille et une astuces pour réduire sa quantité de déchets alimentaires. Alors c’est décidé, on s’y met dès aujourd’hui, et vous ?